Trafalgar-Law-x-Aline
Profile

Blog de Trafalgar-Law-x-Aline

    Le chapitre 13 est en cours d'écriture. (24/10/2017)

  • 6708 visits
  • 51 articles
  • 1038 hearts
  • 759 comments

One Shot 2: À la vie, à la mort ! 27/03/2018

One Shot 2:  À la vie, à la mort !
"Toutes les blessures peuvent se réparer sauf celles du c½ur" Grey Fullbuster
Minuit, les cloches de la cathédrale retentissaient dans Magnolia, créant ainsi une douce mélodie qui berça les habitants dans leur sommeil. Un vent frais s'engouffra par la fenêtre d'un appartement, caressant au passage le visage d'une mage étendue dans un grand lit froid.
Les yeux rivés sur le plafond, l'esprit encombré, elle ne parvenait pas à trouver le sommeil.

Cela faisait maintenant un mois qu'elle avait emménagé, un mois qu'elle était censée respirer de joie et de bonne humeur et un mois qu'elle avait une boule au ventre qui l'empêchait de rire paisiblement.
Agacée de ne rien faire, elle sortit de son lit, pour aller boire un verre de lait qui lui remettrait ses idées en place !

Elle traversa donc l'appartement, composé de 4 pièces :
Une chambre spacieuse; une immense salle de bain, avec une baignoire de rêve;
un salon et pour finir une cuisine.

Cet appartement n'y avait rien à voir avec son ancienne demeure, qui était remplie de babioles, peluches, photos et posters.
À ses yeux, cet appartement était figé dans le temps, comme si le propriétaire ne voulait pas y laisser des souvenirs, le moindre signe de vie... Et ça lui brisait le c½ur.

L'appartement avait des murs blancs et était meublé avec le strict nécessaire.
Après avoir bu sa boisson et ruminée pendant une bonne demi-heure, elle décida de retourner dans sa chambre. Elle passa donc par le salon, où son regard se posa sur la silhouette d'un jeune homme parfaitement musclé.

Attirée comme un aimant, elle s'approcha de celui-ci, pour mieux l'observer.
À la vue du mage éclairé par la lumière de la lune, son c½ur battit à la chamade, si bien qu'elle se demanda s'il ne voulait pas sortir de sa poitrine. Le sang monta aux joues de la demoiselle, qui ne parvenait pas à détourner son regard.Roulé en boule, dans le canapé moelleux et abordant une expression innocente, il ressemblait à un ange. Qu'il était beau avec ses cheveux en bataille, et ses longs cils...
Honteuse de profiter de la vue, alors que ce dernier était profondément endormi, elle le recouvrit avec le drap, qui on ne le sait comment s'était retrouvé par terre.
Plongée dans ses pensées, elle s'accroupit aux côtés de son mari.
Cela faisait un mois qu'ils étaient mariés et un mois qu'il dormait sur le canapé !
La voilà la cause de ses chagrins, angoisses et tourments.

Le jeune homme fronça des sourcils et s'agita dans son sommeil, des larmes coulant sur ses joues.
Ne supportant pas de voir l'homme qu'elle aime souffrir, elle lui caressa ses cheveux soyeux, en chantonnant tout bas.
Bercé par cette belle voix et ces gestes tendres, le mage poussa un soupir de soulagement, alors qu'un sourire satisfait se dessinait sur ses lèvres envoûtantes. 
À force de rêvasser, la fatigue gagna la jeune femme qui s'endormit dans les bras rassurant de son mari, la tête nichée au creux de son cou ; le rejoignant ainsi aux pays des songes.
 
 


Après de longues heures de sommeil, blottis l'un contre l'autre dans le petit canapé, le soleil décida enfin de montrer le bout de son nez. Ses doux rayons s'infiltraient par une fenêtre, caressant au passage le visage d'un jeune homme plongé dans son sommeil.
Un souffle chaud chatouilla l'oreille sensible du mage, qui poussa un petit soupire, encore à moitié endormi.
Il avait la drôle impression d'être plus lourd que d'habitude, sentant une pression légère et réconfortante sur son torse.
Il huma une belle odeur fleurie, une odeur qu'il connaissait bien. Ouvrant les yeux, il aperçut une longue chevelure ondulée.

-      Comment as-tu atterri ici ? demanda-t-il d'un air amusé à la mage profondément endormie.

Il essaya de se redresser doucement, pour ne pas  la réveiller.
La tête de la jeune femme, qui était nichée au creux de son cou, glissa lentement sur le côté.
Croyant l'avoir réveillée, les muscles du mage se contractèrent; il jeta un petit coup d'½il à sa partenaire, ce qui lui permit de se détendre. Elle dormait comme un ange.
Il soupira de soulagement, puis cala sa tête dans un oreiller, décidant d'attendre le réveil de sa femme. Endormie, elle lui semblait si fragile. Ses cheveux étaient légèrement ébouriffés et un petit filet de bave coulait sur sa joue.
Dans son sommeil, elle prononça tendrement le nom du jeune homme. L'entendre prononcer son nom dans cet instant vulnérable, réveilla son instinct. Il avait qu'une envie, c'était de la protéger.
La voir ainsi étendue près de lui le ramena un mois en arrière et les remords refirent surface.
Cette nuit-là, il avait agi sans réfléchir, se laissant porter par ses ... Il avait fait une erreur impardonnable.
Même si elle le lui avait déjà pardonné, l'expression qu'elle avait affichée à ce moment-là, le hantera à jamais.


Sentant de l'agitation dans les airs, la jeune femme ouvrit doucement les yeux, alors que les souvenirs de la veille lui revenaient. Elle croisa le regard "glacial" de son mari. Gênée, elle sauta hors du canapé se damnant pour s'être endormie là.
Elle fut prise d'un violent vertige et s'effondra dans les bras de son "prince charmant", qui l'avait rattrapa de justesse, puis l'attira contre lui.
 
-      Bonjour Jubia. Tu es bien énergique le matin, pour une marmotte ! se moqua-t-il gentiment, ne se lassant pas de la voir partir au quart de tour.
-      Bonjour Grey-sama, Jubia n'est pas une marmotte ! protesta-t-elle, sans en oublier les politesses. Grey-sama et Jubia ont dormi ensemble, Jubia est si heureuse ! rêvassa-t-elle à voix haute.

Le mage de Glace qui l'écoutait avec le sourire aux lèvres fit semblant d'être profondément  choqué. Le simple fait d'observer, le mettait de bonne humeur.
 
Une fois leurs toilettes quotidiennes effectuées, ils prirent le chemin de la Guilde, passant par la grande avenue de Magnolia. Ce jour-là, le marché était bien animé et une belle mélodie accompagnait les passants sur leur chemin, mettant une bonne ambiance à la place.
De part et d'autre, on pouvait entendre de bonnes femmes, qui se plaisaient à répondre des commérages. Les marchands  cherchaient à attirer le plus de badauds, en vantant les mérites de leurs marchandises.
La mage d'eau repéra un jeune couple  "main dans la main", semblant être coupés du reste du monde. Envieuse, elle lança un regard discret à son homme, un homme qui semblait perdu dans ses pensées. Encore une fois, elle fera le chemin en suivant son prince, sans que son rêve se réalise.

Une fois arrivé à la guilde qui débordait de bonne humeur, le couple se sépara. Grey s'élança vers Natsu pour accomplir leur petite tradition, alors que Jubia se dirigea vers le bar où l'attendaient ses amies.

-      Coucou Jubia ! la saluèrent-elles.
-      Bonjour... répondit Jubia dans la lune, en s'asseyant à côté de la constellationiste et commandant un jus de fruits à la barmaid.

Les deux mages s'échangèrent un regard, intriguées par l'étrange comportement de leur amie.

-      Bein alors Jubia, pourquoi fais-tu cette tête d'enterrement ? demanda le maître qui ne pouvait s'empêcher de mettre son nez partout. Il y a un rapport avec Grey, n'est-ce pas ?

Elle répondit au maître par un petit hochement de tête, puis ayant un trop grand poids dans son c½ur, elle décida de partager ses doutes avec l'homme qu'elle considérait comme son grand-père.

-      Jubia ne sait plus quoi penser, elle se demande si Grey-sama ne l'aurait pas épousé par pitié. confia-t-elle, alors que des larmes perlèrent aux coins de ses yeux. Après tout Grey-sama n'a jamais dit  «Je t'aime ! » à Jubia. Ça fait un mois depuis le mariage et en un mois, il n'a dormi que deux ... une seule fois avec Jubia.

Lucy peinée par l'air malheureux de son amie, lui prit la main pour la réconforter,  tandis que le maître murmurait dans sa barbe : « je vois, je vois ».

-      Je suis sûre que tu tiens une place importante dans son c½ur. Tu te rappelles, quand j'ai été enfermée dans la sphère des vierges, Grey s'est foutu de moi, alors que quand toi tu t'es retrouvée bloquée, il en a pris la responsabilité. rappela Lucy à son amie dans l'espoir de la réconforter.

Cela fonctionna, puisque la mage d'eau fut illuminée par un grand sourire, alors qu'elle se remémorait les souvenirs de ce jour.

-      Même si par le passé Lucy a été la rivale de Jubia, Jubia est heureuse qu'à présent elle soit son amie.
-      Je n'ai jamais été ta rivale ! s'exaspéra la blonde.

Le maître et Mirajeanne s'échangèrent un regard qui ne présageait rien de bon, un regard conspirateur ; accompagné d'un un immense sourire aux lèvres.
 
One Shot 2:  À la vie, à la mort !

 
Au fond de la guilde une bagarre éclata entre trois mages, cassant chaises et tables sur leur passage, au grand dépourvu de leurs compagnons.
Cana qui était accompagnée comme toujours de son baril de vin, cria que ce n'était pas croyable de ne pas pouvoir boire tranquille.
Gajeel assit à côté d'une mage plongée dans sa lecture, regardé la scène en ricanant.

-      Pfft, quelle bande de gamins! s'exclama-t-il.

À peine eut-il finit sa phrase, qu'il se reçut un tabouret en pleine tronche, laissant une belle marque rouge. Irrité, il rejoignit la mêlée composé de Grey, Natsu et Elfman.

Une mage à la chevelure écarlate qui avait les nerfs en pelotes, se leva de sa chaise bien décidée à leur régler leur compte. Malheureusement pour elle, le maître lui ordonna de rester assise.
Wendy lui avait clairement dit de ne plus faire d'effort pendant un petit moment.
Dégoutée, Erza se défoula sur un pauvre fraisier qui ne lui avait rien fait, alors que l'ancêtre écrasait les fauteurs de troubles avec son poing géant.
Le calme revenu dans la guilde, le vieil homme demanda à Jubia et Grey de le suivre dans son bureau; sous le regard interrogateur des autres et celui conspirateur de Mira.

Le bureau était assez spacieux, la plupart des murs étaient recouverts d'étagères contenant des livres de collections. Un immense tableau y était accroché, en pouvait y voir accroché plusieurs photos de la guilde, ainsi que celle des différentes générations.
Au centre de la pièce, se tenait un bureau surchargé de parchemins, sûrement des lettres du conseil ou de futures missions qui devait avoir l'autorisation du maître.
Ce dernier proposa au jeune couple de prendre place sur les sièges, alors qu'il s'affala dans son confortable fauteuil.

-      Pourquoi nous as-tu fait venir ici, le vieux ?
-      J'allais y venir Grey ! répondit-il avec un regard amusé.

Le mage au regard froid fit une moue boudeuse et croisa ses bras sur sa poitrine, attendant la suite. Jubia trouva l'expression de son mari tellement adorable, qu'elle crut un instant entendre son c½ur qui battait à la chamade. Secouant la tête pour reprendre ses esprits, elle se concentra pour entendre ce que le maître avait à leur dire.
Makarov leur expliqua la mission qui se déroulerait en Perse, dans un petit village campagnard, Palm. Cela se situait à 5'000 km de Fiore, soit 5 jours non-stop de trajet. Heureusement pour le couple, le commanditaire, soucieux du bien-être de ses ''employés'' avait prévu large : 15 jours de trajet, avec hôtels réservés et payés sur la route.
Grey choqué par le temps du trajet ; un mois aller-retour ; voulut en discuter avec le maître, mais ce dernier avait déjà repris son monologue.

-      Le maire de la ville pense que c'est un villageois ou un groupe de villageois à l'origine de ses crimes. Il a choisi une guilde lointaine, pour cela. détailla l'ancêtre. Pour ne pas éveiller les soupçons, vous irait là –bas,  pas en tant que mage, mais en tant que couple qui emménage. La durée de la mission et de deux mois.

-      Deux mois !!! s'écria Grey. C'est trop long, ce n'est même pas une S-quest !!! D'ailleurs pourquoi nous ?

-      Grey, la mission est payée à 2 millions de Jewel, avec couvert comprit. précisa le vieil homme. Si je vous l'ai confié, c'est parce que le maire à préciser qu'il voulait un couple marié, de plus, il ne veut pas que vous utilisiez vos pouvoirs avant d'avoir découvert le ou les coupables.

-      Bien sûr, j'aurais pu y envoyer Lucy et Natsu, mais ça aurait été de l'imprudence. Vous imaginez Natsu s'abstenir de ses pouvoirs ? Impossible !

-      Quant à Bisca et Arsack, c'est trop dangereux pour leur fille et je ne peux pas leur demander de se séparer d'elle si longtemps. expliqua Makarov, le sourire aux lèvres, sachant que la victoire était déjà sienne.

Grey s'ébouriffa ses cheveux, en enlevant son haut, puis regarda Jubia en lui murmurant :

-      Ça va être long !
 
Ayant terminé ses explications,le maître leur confia une carte où le chemin y était déjà tracé, ainsi que les hôtels représentés par des croix rouges.
Résigné, Grey se saisit de la carte, puis entraîna Jubia. En sortant du bureau, les deux mages tombèrent sur leurs camarades, qui les attendaient curieux de savoir ce que le maître leur avait confié. Les détails donnés, ils firent leurs adieux. Jubia pleura, du fait qu'elle ne verra pas ses amies pendant trois mois, tandis que Grey se lança dans une énième bagarre avec Natsu; sûrement leur manière de se dire adieux.
 
Alors qu'ils s'apprêtaient à quitter la guilde, le maître qui se trouvait à l'étage interpella le couple et lança une clef au mage de glace. Il lui dit qu'une moto les attendait devant le parc et leur souhaita bonne chance.

Ils rentrèrent donc chez eux pour préparer une valise, puis partirent en direction du parc.
À la vue de l'engin, le jeune homme ne put s'empêcher de siffler.
Il rangea la valise dans le compartiment magique, sous le siège, puis monta sur le véhicule rouge, tout content. Jubia pensa attendrie, qu'on aurait dit un gamin ayant découvert son cadeau sous le sapin, le jour de noël. Elle fut cependant extirpée de ses pensées par un Grey qui s'impatientait.
Craintive, elle se positionna derrière son mari et l'enlaça fortement, alors qu'il démarrait.
Durant le trajet, Grey essaya de parler avec la jeune fille qu'il sentait tendu, mais en vain.
Celle-ci avait un n½ud au ventre à chaque virage, elle ferma donc les yeux et appuya sa tête contre le dos de son coéquipier; qui ne le montra pas, mais rougit à ce contact.
Les paysages défilèrent:
Ils traversèrent une forêt sombre et humide, dans l'odeur de pin vint chatouiller les narines des mages. Ils passèrent par de nombreuses villes animées, mais Jubia crispée ne profitait pas du tout du paysage.

Après quelques heures de trajet, elle sentit la moto ralentir.

-      Jubia, ouvre tes yeux et regarde ça ! ordonna Grey, voulant voir un sourire s'afficher sur le joli minois de sa femme.

La vue qui s'étendait devant elle, était si magnifique qu'elle en oublia sa peur.
Un océan calme, d'une belle couleur turquoise s'étendait jusqu'à l'horizon.
Le ciel était dégagé et il y avait pas un seul bateau qui gâchait la vue de cette vaste étendue.

-      Waaow, l'océan est magnifique! s'écria la jeune femme, un immense sourire aux lèvres. Jubia veut aller marcher sur la plage avec Grey-sama, main dans la main !

Voulant combler les désirs de la demoiselle, il arrêta le véhicule. La mage heureuse sauta au bras de son mari, en le remerciant.
Celui-ci gêné, tourna la tête pour cacher ses rougeurs, se donnant un air indifférent.

-      Ce n'est rien, il n y a pas de quoi en faire un plat ! s'exclama-t-il, mais ne dégagea pas pour autant son bras.

Ils se promenèrent ainsi une petite heure sur le sable fin, avant de reprendre la route.
Le voyage se déroula sans encombre, les hôtels où ils passaient leur nuit étaient tous charmant et le couple s'arrêtait souvent faire du tourisme. Cependant la 5ème nuit, les choses se compliquèrent.
C'était une soirée fraîche, le couple s'était arrêté dans une petite ville du pays de Cologne, qui se situe entre Fiore et la Perse: le pays où se trouvait le petit village de Palm.
Grey se réveilla dans les pénombres de la nuit, pour découvrir que Jubia n'était pas auprès de lui.
Inquiet, il se leva et entendu un bruit sourd venant des toilettes.
Il y découvrit une Jubia tremblotante, en nuisette de nuit,  assise par terre, le visage livide.
 
-      Jubia, tu vas bien ? demanda-t-il soucieux.
Jubia esquissa un sourire dépourvu de vie.
-      Jubia va bien, merci de vous en inquiéter ! assura-t-elle.

Voyant que son mari n'y croyait pas un mot, elle se redressa.Malheureusement, elle s'effondra aussitôt sur les dalles froides. Elle n'avait plus de force dans ses jambes.
Grey se précipita vers elle et posa sa main sur son front, à ce contact elle ne put réprimer son rougissement.
-      Tu ne vas pas bien ! contredit Grey avec un regard réprobateur. Jubia, tu as de la fièvre.
-      Jubia va très bien... Jubia n'est plus une petite fille

À ces mots la jeune fille éclata en sanglots, vidant ainsi toutes les larmes de son c½ur. 
Grey qui ne s'attendait pas à cette situation s'affola, puis la serra contre lui, caressant ses longs cheveux bleus.
Les larmes coulaient inlassablement sur ses joues rosies de la jeune fille qui s'agrippait à son mari.
Elle avait l'étrange impression que son esprit était recouvert par un brouillard épais.
Elle sentit néanmoins quand la transportait, puis se retrouva sur les genoux du jeune homme, la tête dans le creux de son cou.
Il la berça tendrement, lui murmurant de gentille parole, qu'elle ne comprit pas mais qui la réconfortait tout de même. Épuisée, elle s'abandonna au bras de Morphée.
Le lendemain matin, Jubia fut réveillé par une main réconfortante. Lentement, elle ouvrit les yeux, pour découvrir un jeune homme inquiet et visiblement fatigué.
En effet, ce dernier avait passé toute la nuit à veiller sur la malade, lui changeant ses vêtements trempés et les lingettes froides posées sur son front.

-      Jubia a dormi combien de temps ?
-      Assez longtemps pour une marmotte ! plaisanta-t-il. Il est midi, je t'ai apporté à manger.

À la vue du repas la mage se sentit mal, elle avait la tête qui tournée et une envie soudaine de vomir. Le garçon qui avait prédit cette situation, lui tendit un pot.
Une fois le mal passé, la jeune fille émit un faible « merci », puis essaya de se lever.
La voyant en difficulté, il la porta jusqu'à la salle de bain, où il lui fit coulé un bain.
Il voulut aider la malade à se préparer, prétextant que ce n'était pas la première fois qu'il la voyait dénudée, cependant celle-ci gênée lui répondit qu'elle pouvait très bien se débrouiller toute seule.
Grey sortit donc à contrec½ur de la pièce, puis se dirigea vers la réception, pour y trouver de l'aide.
Derrière le comptoir, il trouva une vieille dame avec un tricot à la main.
La propriétaire de l'hôtel était habillée avec de longs vêtements amples, un chignon serré sur le haut de sa tête et possédée un sourire protecteur qui mit tout de suite Grey en confiance.

-      Bonjour, je voulais savoir si vous avez des remèdes, ma femme est actuellement malade. expliqua-t-il, sans cacher son inquiétude.

La mamie souleva ses lunettes puis demanda à ausculter la femme, expliquant qu'auparavant elle était assistante d'un guérisseur.
Soulagé, il accepta l'offre de la vieille dame. Elle monta donc avec lui à la chambre, mais demanda à entrer seule dans la pièce. Grey attendit donc à l'extérieur, malgré son envie folle de la suivre.
Après un long quart d'heure de supplice, elle ressortit de la chambre le sourire aux lèvres; un sourire qui semblait dire qu'elle savait des choses que lui ignorait.

-      Votre femme va bien, il lui faut juste un peu de repos ! le rassura-t-elle.
-      Pourtant, elle ne veut rien avaler.

La dame sourit d'un air amusé, puis entraîna le mage de glace jusqu'à la cuisine où elle lui enseigna l'art de cuisiner.
Elle lui conseilla de faire du riz au lait salé, mais sans ajouter d'épices, pour que ça soit plus facile à avaler. Après deux échecs, qui avaient fini à la poubelle, Grey avait fini son plat, sous le regard satisfait et amusé de la grand-mère. Arrivé à la chambre, il trouva Jubia plongée dans ses pensées.
Quand elle remarqua sa présence, elle rougit puis détourna le regard.

-      Tu as intérêt à manger ça, c'est moi qui l'ai fait... enfin la vieille m'y a obligé. dit-il en lui tendant le repas.

Celle-ci mangea son assiette sans un commentaire du genre : « Jubia est si contente que Grey-sama  la nourrisse », ce qui inquiéta Grey.


En effet, il était loin de pouvoir sonder les profondeurs du c½ur de Jubia, qui étaient aussi vastes que l'océan lui-même.
 
One Shot 2:  À la vie, à la mort !

Le voyage put reprendre dès que Jubia se sentit mieux, cependant elle garda une attitude étrangement distante et rêveuse.
Ayant perdu du temps sur le voyage et ne voulant pas arriver en retard à leur rendez-vous.
Grey sauta deux arrêts prévus, en conduisant de nuit tandis que Jubia dormait la plupart du temps, la tête posée sur son dos.
 
Après 20 longs jours de voyage, ils arrivèrent dans le petit village de Palm, situait dans le nord de la Perse.
Celui-ci semblait prospère et sympathique.
Difficile d'imaginer que des meurtres se soient passés là.
Les maisons étaient fabriquées avec des pierres d'un blanc pur et possédaient toutes des volets bleus.
Ils parquèrent la moto au centre, là où se trouvait la petite mairie. Devant elle s'étendait un grand parc. Ce dernier était rempli de gamins qui couraient autour des cerisiers sous les yeux attentifs de leurs mères. À cette vue, Jubia ne put s'empêcher de sourire.

-          Ah j'ai enfin le plaisir de voir ton sourire, je commençais à ...

Grey ne put jamais finir sa phrase, car un ballon lui frappa l'arrière de son crâne.
Des gamins vinrent s'excuser et lui demander de venir jouer avec eux.
Le mage sourit à son tour et rejoint la partie de foot, un vrai enfant.
Jubia se posa dans l'herbe, regardant le jeune homme torse-nu, qui s'amusait comme un petit fou.
Heureusement qu'avant d'arriver au village ils avaient appliqué sur leur tatouage une potion de dissimulation, car il s'était de nouveau mis torse-nu...
La partie fini, ils purent se diriger vers la mairie, où le commanditaire les attendait le sourire aux lèvres.

-          Bienvenu dans le charmant village de Palm ! accueillit- il les bras grands ouverts. Vous devez être les nouveaux venus, M. et Mme. Fullbuster !
 
Cette fois si ce fut Jubia qui réagit: elle rougit et se trémoussa gênée. C'était la première fois que quelqu'un l'appelez Mme. Fullbuster.
 
-          Enchanté. répondit Grey, en lui serrant la main.
 
L'homme quadragénaire lui répondit de même, lui faisant un clin d'½il entendu.
Puis, il se tourna vers Jubia la détaillant de la tête aux pied avec un regard obscène. Il la salua en baisant la main de la jeune fille qui fut parcourue d'un frisson de dégout.
Grey lui lança un regard à vous geler le sang, visiblement pas content qu'on touche à sa femme. Le maire éclata de rire en disant que l'amour était la plus belle chose au monde, alors il fallait la chérir.
Il donna une clef et leur expliqua que leur appartement se trouvait près de l'auberge.
Grey n'attendit pas plus de détail pour entraîner Jubia hors de ces yeux de rapace.
Après une bonne quinzaine de minutes de marche, le couple trouva leur nouvelle demeure.
Celle-ci était déjà meublée et décorée à la grande joie de la femme, qui visita joyeusement chaque pièce.
Il fallut guère longtemps, pour qu'une voisine vienne leur souhaiter la bienvenu avec un plat remplit de petits biscuits et discuter de tout et de rien. Avant de partir, elle leur informa qu'une fête était organisée au parc le soir même et que ça serait merveilleux d'y voir le jeune couple.
Grey ferma la porte en poussant un soupir de soulagement, puis chipa un biscuit dans le plat.

-          Jubia pense que nous devrions nous rendre à cette fête, ainsi nous pourrions récolter des informations et nous fondre dans la masse. dit-elle très sérieusement.

Grey acquiesça, mais ne semblait pas vraiment emballé par cette idée.
Il partit faire une sieste, épuisé par le voyage, tandis que sa femme se rendait dans sa nouvelle salle de bain pour y faire sa toilette.
Le soir venu, ils se rendirent au parc où un barbecue avait été monté.
Les habitants très sociables leur souhaitèrent la bienvenue.
Jubia fut séparée de Grey, se faisant entraîner par un groupe de femmes. Elles se mirent à radoter ensemble, jusqu'à qu'une certaine Judith dise qu'elle trouvait Grey canon.
Voyant ou sentant les éclaires que lui envoya la femme de ce dernier, elle se rattrapa en disant qu'elle préférait son chéri.
Grey qui discutait avec l'architecte du village, ne pouvait s'empêcher de surveiller sa femme du coin de l'½il. C'est pour cela que son regard devint dur, au moment où un binoclard se mit à tourner autour de sa femme. Certes c'était peut-être un binoclard, avec de l'acné plein le visage, mais voir Jubia rire à ses paroles, faisait bouillir le sang du mage.

-          Ne vous inquiétez pas, votre femme est vraiment amoureuse de vous, ça se voit ! rassura l'architecte, qui semblait avoir remarqué la jalousie de l'homme.
-          Je ne suis pas inquiet ! mentit Grey, jouant en vain l'indifférent.
-          Vous savez ce garçon n'a pas eu la vie facile, ses parents se sont fait tuer il y a deux ans.
-          Comment ça ? demanda Grey plus intéressé et compatissent, mettant de côté un instant sa jalousie.
 
Un adolescent aux cheveux blonds qui se nommait jack lui parlait depuis un petit moment, il devait être du genre timide, car il bafouillait et rougissait souvent.
Pendant qu'ils discutaient, Jubia remarqua que Grey les observait, était-il jaloux ?
Une partie de son esprit lui disait qu'elle rêvait une fois de plus, tandis que l'autre plus enjouée lui affirmait le contraire.
Écoutant cette dernière, elle se laissa porter par la discussion, riant de bon c½ur.
Quelques minutes plus tard elle jeta un coup d'½il à son mari et remarqua qu'il semblait en effet, contrarié. Il avait les poings serrés, la mâchoire crispée et lançait un regard foudroyant à l'ado qui ne le voyait pas.
Après une dizaine de minutes, apparemment la limite de sa patience, il se dirigea vers sa femme un sourire forcé sur ses lèvres, saluant poliment jack, puis souleva le menton de Jubia et plonga ses yeux gris dans ceux de la jeune femme, qui rougissait.

-          Jubia, il se fait tard... rentrons ! décida Grey.
-          Ou..oui ! répondit Jubia troublée par la proximité des lèvres de son prince charmant.

Grey, visiblement satisfait de cette réaction, lui embrassa la joue. Ce qui ravit la demoiselle qui semblait perdue dans les nuages. Jack qui avait suivi la scène, bafouilla un adieu et disparu rapidement.
Lors du trajet du retour, Jubia prit le bras du jeune homme qui essayait de se convaincre que ce n'était pas de la jalousie, lui ne sera JAMAIS jaloux, d'accord ?

Arrivé à l'appartement, il fut pris par un énorme dilemme.
Dormir sur le canapé pour combattre ses pulsions ou dormir dans le lit est être torturé par ses envies qui lui disaient de prendre la fille dans ses bras et la posséder.
Pour finir, voyant les yeux pleins d'espoir de la mage et n'ayant pas le c½ur de la laisser seule dans ce nouvel appartement, il se glissa sous les couvertures aux côtés de sa femme.
Avant de s'endormir, le couple décida de trouver du boulot pour mieux réussir le camouflage de la mission.
 
Les jours s'écoulèrent et le couple trouva un rythme stable à son quotidien.
La semaine ils travaillaient; Grey en tant qu'assistant architecte, apparemment l'homme qu'il avait rencontré au barbecue semblait penser qu'il avait un réel talent.
Grey lui se demanda si ce n'était pas le fait de devoir reconstruire la guilde, assez fréquemment qu'il lui avait apporté les bases.
Jubia s'était trouvée quand à elle un petit boulot dans la boulangerie du village, ce qui lui permettait de se tenir informée des derniers ragots.
D'ailleurs depuis qu'elle s'occupait de la caisse, les recettes semblaient avoir considérablement augmentées, à la plus grande joie de la patronne.
La jeune fille ne semblait pas l'avoir remarquée, mais elle était très populaire auprès de la gent masculine, qui se précipitait à la boutique.
Grey qui ne supportait pas de voir autant de zigotos tourner autour de sa femme , particulièrement un : Jack qui était devenu le collègue de la demoiselle, du prendre les mesures qui s'imposait.
Tous les soirs, il passait prendre la jeune femme , au grand plaisir de cette dernière.
Les jours de "repos", ils sortaient hors du village pour changer de paysage ou se rendaient sur le lieu des différentes scènes de crimes.
 
Le quinzième jour, alors qu'ils prenaient leur repas de midi ensemble dans un restaurant self-service.
Grey qui avait déjà remplie son assiette, se posa à une table observant la jeune femme.
Alors qu'elle se servait au buffet, il nota qu'elle remplissait copieusement son assiette.
Elle le rejoignit bientôt et ils se racontèrent les derniers potins.
Grey se désapa au milieu du repas, ce qui lui valut des regards adorateur de la mage et un fou rire des autres clients qui s'étaient habitués à cette manie.
Une fois son assiette vide, la mage la repoussa devant visiblement calée.

-          Jubia avait une faim de loup, c'était délicieux ! s'exclama-t-elle, un immense sourire aux lèvres.

Grey attendrie par l'air innocent de la demoiselle, ne put s'empêcher de rire.

-           Grey-sama, si c'est possible, Jubia voudrait rentrer seule aujourd'hui. dit-elle visiblement agitée, fuyant son regard.

Elle lui cachait quelque chose, il en était sûr. Il aurait voulu lui demander pourquoi, lui dire qu'il refusait. Mais à la place il hocha la tête, affichant son masque de glace.
Ce visage blessa énormément la jeune fille, qui se demanda ce qu'elle avait fait de mal.
Elle savait que Grey ne l'aimait pas, mais ne pouvait s'empêchait de vouloir le croire.
À chaque mot gentil qu'il lui adressait, chaque geste tendre; il la nourrissait d'espoir.
D'un espoir destructeur.
La pause finit, elle retourna au travail, retenant les larmes qui voulaient s'échapper.
Jack qui avait remarqué la mine triste de sa collègue, essaya quelques blagues pour la détendre, en vain.
Le soleil commençait à se coucher, quand elle se retrouva dans la rue l'esprit embrouillé
Elle arriva devant une porte, la boule au ventre.
Derrière, elle trouvera sûrement les réponses à ses craintes et doute.
Poussant un gros soupir, elle toqua et rentra, passant à côté d'un panneau: «Guérisseur».
 
 
Grey du se faire violence pour ne pas passer par la boulangerie ce jour-là.
Luttant ainsi contre son esprit qui était assailli de suggestions les plus ridicules les uns que les autres. Sur le chemin de la maison, il s'arrêta au parc.
Voulant se changer les idées, il s'incrusta dans une partie de foot déjà en cours.
Il joua ainsi avec les enfants pendant une bonne heure, puis ses derniers durent rentrer.
Il allait faire de même quand il entendit une voix horrifiée, provenant de derrière.

-          Grey-sama!!! hurlait-elle.

À peine fut-il retourné, que la jeune fille lui sauta au cou, provoquant ainsi leur chute.

-          Qu'est-ce qui te...

Il se tue.
La demoiselle tremblotait et semblait tétanisée. S'agrippant à son mari, la tête enfuit au creux de son cou; elle pleurait.
Grey maintenant habitué à cet aspect si fragile de la mage, resserra son étreinte et la berça gentiment, lui murmurant qu'elle n'avait plus rien à craindre et qu'il resterait à ses côtés.
Il déposa un baiser tendre au sommet de son crâne, continuant de la bercer. Une fois calmée, elle lui raconta l'histoire.

-           Alors que Jubia rentrait à la maison, elle pressentit que quelqu'un la suivait. Elle marcha donc plus vite, mais les bruits de pas suivirent Jubia. La peur monta en Jubia et elle se mit à courir désespérément, appelant Grey-sama...

Au fur et à mesure qu'elle parlait, elle sentit la pression sur ses hanches s'accentuer.
Elle leva les yeux vers son mari. La mâchoire crispée, il abordait un regard assassin.
Il se promit de trouver le gars qui avait harcelé la mage d'eau, car oui il était sûr que s'en était un et lui régler son compte.
Cependant, il n'eut pas le temps de s'attarder sur ses pensées vengeresses, car la jeune femme venait de s'endormir dans les bras puissants et rassurants de son mari.
Celui-ci soupira et se demanda s'il émettait des ondes alphas. Elle s'endormait presque à chaque fois qu'elle se retrouvait dans ses bras. Poussant un soupire, il cala la jeune femme dans ses bras avant de la soulever, la portant tel une princesse jusqu'à la maison.
Sur le chemin, la vieille aubergiste postée sur le rebord de sa fenêtre, ne put s'empêcher de lui crier que s'était beau la jeunesse.
Grey gêné resserra son étreinte et lui répondit d'un immense sourire, en lui disant qu'elle aussi avait dû passer par là.

Arrivé chez eux, il posa Jubia dans le lit et se dirigea vers la cuisine se servir de l'eau.
La trouvant trop tiède, il y fit apparaître quelques glaçons dans son verre, puis retourna vers sa femme.
Dehors, le ciel se couvrait présageant un violent orage.
Caché dans un recoin de la fenêtre un inconnu ricana et s'en alla en murmurant:
-           Enfin, ça faisait longtemps que je n'ai pas tué de mages !
 
One Shot 2:  À la vie, à la mort !

Dans une ruelle, une petite fille aux cheveux bleus se promenait main dans la main avec un homme.
C'était la saison des pluies, mais cela ne gênait nullement la gamine qui sautait en riant dans les flaques avec ses bottes en caoutchouc.
L'homme qui tenait un sac de voyage dans sa main libre, lui répondit d'un sourire.
Ils finirent par arriver devant une grande maison remplie de gamins de tout âge, courant partout en riant. La fillette leva ses yeux interrogateurs vers l'homme.
Celui-ci s'accroupit devant elle et lui caressa gentiment les cheveux.

-           Jubia a toujours été une fille sage, n'est-ce pas ?

Sans comprendre où il voulait en venir, elle hocha la tête affirmative.

-          Jubia va rester dans cette maison un petit moment, le temps que papa fasse un travail, ok ?
-           Papa va revenir vite ? demanda-t-elle en s'agrippant à sa manche.
-          Oui, je te le promets ! Tu n'auras même pas le temps de remarquer mon absence !

L'homme discuta un instant avec la directrice des lieux, lui tendant une enveloppe et s'en alla en disant:


« À bientôt!» à sa fille, tandis que la femme regardait l'enfant avec compassion.
Les saisons se succédèrent, mais la fillette attendait toujours son père patiemment, croyant dur comme fer à ses paroles.
Puis un jour par hasard, en passant devant le bureau de la directrice, elle surprit une discussion entre une surveillante et la dame.
Une discussion qui disait qu'elle avait été abandonnée.
«Pauvre fille!!!»compatissaient-elles.
N'importe quel autre enfant aurait pleuré, mais pas elle.
Elle rejoignit tranquillement sa chambre, alors qu'une éternelle pluie torrentielle tombait sur l'orphelinat.

-          Papa... murmura-t-elle en se réveillant.
Elle s'était endormie au boulot.
...
Depuis le fameux soir où elle avait été suivie, Grey ne la laissait plus sortir seule.
La jeune fille aurait dû être heureuse qu'il lui porte une telle attention, mais au lieu de cela elle était souvent dans les nuages, les yeux remplis de tristesses et de doutes.
Cela faisait deux mois qu'ils étaient mariés, deux mois...
Elle aurait tellement voulu confier le poids qui était dans son c½ur à son prince, mais comment le lui dire? Elle avait trop peur de sa réaction!
En même temps, malgré toutes ses illusions, elle ne pouvait pas lui cacher cela longtemps.
Accoudée au comptoir, elle songeait à la guilde et ses amis, ils lui manquaient tous terriblement.
Que faisaient-ils en ce moment?

-           Ça va Jubia? Je t'ai apporté du thé Earl-grey, si je ne me trompe pas, c'est ta boisson préférée ? demanda Jack qui avait surgi derrière elle, un plateau aux mains.
Comment le savait-il?
Elle lui répondit d'un sourire alors qu'il lui donnait une tasse.
Ce sourire fit monter le sang aux joues du garçon qui bafouilla.
N'ayant pas de clients ils discutèrent de tout et de rien, lui permettant d'oublier l'espace d'un instant ses tracas, du moins jusqu'à l'arrivée de Grey qui ne semblait pas ravie de cette scène.
Ce dernier, jaloux, se retenait de mettre une raclée à l'ado.
La jeune femme essaya d'en discuter sur le chemin, mais ce dernier affichant un visage marbre, la regardait avec son regard dur et froid.
S'en était trop pour la demoiselle, qui sentit monter en elle un sentiment de frustration.
 
-          Grey-sama, IDIOT !!! cria-t-elle, en s'élançant dans les rues de Palm, sans lancer un seul regard en arrière.

Le jeune homme resta planté sur place essayant de comprendre la réaction de la jeune femme.
Que lui avait-il pris ?
C'était la première fois qu'elle faisait un coup pareil. Il en aurait vu de toutes les couleurs.

La mage d'eau courait à en perdre haleine, elle voulait s'éloigner le plus loin possible, tout oublier, fuyant ainsi ses peurs et... La réalité.
Après une longue course folle, elle s'arrêta essoufflée et s'effondra sur un tapis de fleurs; les larmes lui brouillant la vue.
Elle se trouvait sous un cerisier, dans un site en dehors du village, un endroit qui lui semblait coupé du reste du monde.
Rassemblant ses pensées, elle prit une décision.
Elle aimait Grey-sama et s'est pour cela que même si ça signifiait leur fin, elle lui dirait.
Quelques minutes s'écoulèrent ainsi dans le silence, puis des bruits de pas se firent entendre, le bruit d'une branche cassée.
«Grey-sama...» pensa subitement Jubia le c½ur battant à cent à l'heure, elle essuya discrètement ses larmes.
Lentement, elle redressa sa tête, pour sentir une vague de déception s'abattre sur elle.
Un ado, cheveux en bataille, la regardait avec un air navré, Jack.

-          Jubia, il ne te mérite pas... Choisit moi, je prendrai soin de toi ! dit-il en l'empoignant et la redressant brusquement.

La plaquant contre le tronc d'arbre, il s'approcha dangereusement d'elle.
Elle ne comprenait plus rien, ce garçon d'ordinaire si gentil, la regardait à présent avec des yeux de loup, brillant d'une étrange lueur: un mélange de haine et de désir.
Effrayée, elle le repoussa violemment en criant le nom de son mari. Son agresseur furieux, tomba sur ses fesses en jurant.
La jeune fille s'éloigna à reculant de l'arbre, le regard rivé sur Jack. Ce dernier se releva secoué d'un rire hystérique.

-          Jubia, que tu le veuilles ou non, tu m'appartiens ! rugit-il en se précipitant vers elle.


Alors qu'il n'était qu'à trois mètres de sa cible, un mur de glace apparut, interrompant ainsi sa couse.

-          Je ne te laisserai pas toucher à ma femme! s'écria Grey surgissant devant sa protégée.
«Sa femme, Grey-sama!!! <3<3<3» rêvassa la bleutée.

-          Grey-sama, on n'a pas le droit d'utiliser la magie devant des civils !!! le gronda Jubia qui avait retrouvé ses esprits.

Un sourire amusé se dessina sur les lèvres du mage de glace, qui fit craquer ses doigts, apparemment prêt à en découdre.

-          Que racontes-tu comme bêtise ? Le commanditaire nous a demandé de capturer le meurtrier ! s'exclama-t-il défiant du regard sa proie.

Un rictus déforma le visage de l'adolescent, tandis que trois poignards apparaissaient dans les airs tournoyant au- dessus de sa tête, telle une couronne.

-          Depuis combien de temps le sais-tu, mage de glace ? demanda-t-il.
 
-          Depuis que je connais ton histoire. répondit Grey, qui sentait monter en lui une pointe de nostalgie. Tes parents ont été tués par des mages voyageurs, il y a quelques années. poursuivit.il. N'ayant personne pour te guider, tu as mal dirigé ta tristesse, en réclamant vengeance !
 
La haine et la tristesse déformèrent le visage de Jack qui criait à Grey de se taire. Que savait-il de son malheur, sa solitude ? Les mages méritaient la mort ! Ses êtres  égoïstes qui se croient supérieurs aux autres méritaient de mourir !!! Alors que son passé le rongé, l'entraînant dans les abîmes, un visage illuminé de joie surgit dans son esprit, celui de sa tendre Jubia.
 
- Sais-tu de quel surnom m'ont doté les villageois ? demanda-t-il étrangement calme. L'éventreur! Tous les mages qui ont croisé ma routes sont morts sans exception. Alors, je suis désolé mais tu laisseras une femme veuve derrière toi.
 
Le pouls de la jeune femme s'accéléra, venait-il de menacer son mari? Comment osait-il?! Furieuse, elle s'avança prête à se battre pour cet affront, mais le mage de glace lui barra le chemin. 
C'était un combat entre hommes !Elle fut contrainte d'observer la scène depuis le cerisier, heureusement Grey ne semblait pas en difficulté. Pendant une dizaine de minutes, s'ensuit un échange entre les adversaires.
Puis plusieurs couteaux aux lames empoisonnés apparurent dans les airs prêt à empaler le mage de glace, il n'eut cependant aucun mal à les éviter et geler, sauf un qu'il n'avait pas vu, prêt à le poignarder dans le dos. N'écoutant que son c½ur Jubia se précipita près à dévier le poignard, après tout que craignait-elle ?
 
Elle aperçut le visage horrifié de Grey, puis sentit un liquide chaud mouiller sa robe.
L'effroi et l'incompréhension pouvaient se lire sur le visage la jeune femme qui regardait le couteau logé sous son sein droit.
 
-          Le couteau n'a pas traversé le corps de Jubia ?! bredouilla-t-elle, avant de s'effondrer sur le sol couvert de pétales roses, dégradée d'un rouge vif.
 
A la vue du corps meurtri de la femme qu'il aimait, Jack recula effrayé et tremblotant, alors que les poignards retombés par terre. Il s'effondra sur le sol secoué de rires, rires qui l'entraînait dans la folie.
Les poings et les dents serrés: Grey était partagé entre une violente envie de meurtre, l'inquiétude et la peine que lui inspiré malgré tout l'ado.
«Reste calme et gèle tes doutes!» pensa-t-il, alors qu'il emprisonnait l'éventreur dans un énorme bloc de glace; se précipitant vers sa femme, sa priorité.
S'agenouillant à ses côtés, il retient un hoquet d'horreur, ne voulant pas l'effrayer.
Le teint de la jeune femme pâlissait à vue d'½il  et elle semblait avoir perdu énormément de sang. Il devait agir vite !
Sans cérémonie, il déchira la belle robe bleue teintée de rouge et retira d'un geste précis le poignard, ce qui arracha un cri à la mage d'eau.
Il devait tout d'abord stopper l'hémorragie, il se servit de sa chemise pour compresser la plaie, en vain. Que faire ? Que faire ?
Alors que la peur lui tordait le ventre, il appliqua de la glace sur la blessure.
 
 
Malgré son état de faiblesse, la jeune femme gardait le sourire aux lèvres; pour lui.
D'un geste tendre, elle posa sa main sur la joue crispée de son prince, le couvant d'un regard rempli d'amour.
 
-          Jubia est heureuse que Grey-sama n'ait rien... murmura-t-elle alors que sa vue se brouillait.
 
Une douleur vive se fit sentir à l'arrière de son crâne; elle sentait le poison s'insinuait lentement dans son organisme. Ses paupières lui semblaient tellement lourdes, elle avait vraiment envie de dormir ... juste cinq minutes, pas plus.
 
-          Grey-sama est ma raison de vivre, soyez heureux pour Jubia ! lâcha-t-elle d'un souffle, alors que sa main glissée contre son corps.
 
Alors que ses yeux clignaient, elle aperçut le visage de son mari. Ce visage lui rappelait celui d'un enfant délaissé.
Elle se sentit flotter dans les airs. Il courait vers le village en lui demandant de tenir bon, de rester éveillée. Pourquoi rester éveillée? Elle se sentait si bien dans les bras de Grey, elle en oublia même ses douleurs et chagrins. Elle s'abandonna aux bras des ténèbres.
 

Après une éternité, le noir s'estompa laissant place à une petite chambre rustique, mais cependant chaleureuse.
Cloîtrée dans le lit à cause d'une grippe, une petite fille de sept ans regardait tristement le visage de sa maman qui la surveillait du haut d'une commode.
Les heures s'écoulèrent, cependant la gamine continuait de fixer la femme souriante de l'image, en pensant à ses câlins, ses histoires et ses mots rassurants; cette maman adorée qui c'était envolée malheureusement un peu trop vite.
Le soir tomba et elle entendit la porte s'ouvrir, c'était son papa chéri qui s'occupait seul de l'enfant depuis une année. Ne voulant pas le déranger, la petite fit semblant de dormir.
L'homme entra dans la chambre plongée dans le noir et s'approcha du lit de sa fille pour prendre sa température.
Croyant qu'elle dormait, il s'assit doucement sur le lit en regardant désemparé le portrait de sa femme.
-          Une année, je suis désolé mais je ne pourrais pas en faire plus... murmura-t-il.



Après ce qui lui semblait un siècle, le mage de glace fit une irruption soudaine dans les locaux du seul guérisseur de Palm, tenant sa femme meurtrit dans ses bras, il fit une brève explication au vieil homme qui regardait la blessée d'un air grave.
Alors que les assistantes entraînaient le corps inerte de Jubia dans la salle de soins, le guérisseur se tourna vers lui et posa une main sur son épaule.

-      Nous allons faire notre maximum pour sauver votre femme, en attendant restez-là ! ordonna-t-il. Je vous tiendrais au courant de la situation-

Il s'éloigna sans attendre une réponse, rentrant à son tour dans la salle de soins, laissant le jeune homme  qui restait planté là, figé dans l'attente avec son désespoir.
Les minutes semblaient s'écouler avec une lenteur hallucinante, le torturant petit à petit.
Il avait du mal à rassembler ses idées.
Tout ce qu'il savait, c'était que cette femme avait reçu le coup à sa place, voulant le protéger.
Cette femme toujours rêveuse, joyeuse et d'une gentillesse sans égale.
Cette femme qui avait su voler son c½ur avec ses idées farfelues, son innocence et ses « Grey-sama ». Elle, si courageuse est pleine de vie, était à présent en train de lutter entre la vie est la mort. Juste à cette pensée, il avait une violente envie de tout casser.
Pourquoi fallait-il qu'il perd toutes les personnes qui lui sont chers ? Ses parents, Ul, Ultia... et maintenant elle ?!
Après deux interminables heures, il entendit un bruit provenant de la salle de soins. Son c½ur fit un bond dans sa poitrine, lorsqu'il aperçut le guérisseur pousser la porte battante et se diriger vers lui.

-      Comment va-t-elle ? demanda Grey, la boule au ventre.
-      Pour commencer, asseyez-vous ! Vous êtes resté tout ce temps debout ? demanda le vieil homme avec un regard compatissant.

En effet, il ne s'était pas assis depuis leur arrivé ; toutes ses pensées étaient dirigées Jubia qui menait une bataille à l'issue incertaine. Épuisé, il s'effondra dans un siège que lui présenta le guérisseur, et plongea son regard dans les yeux ridés de ce dernier.

-      Que se passe-t-il ? murmura-t-il, craignant la réponse.
-      M. Fullbuster. Nous avons réussi à extraire le poison du corps de votre femme. Cependant, suite à sa blessure, elle a subi une grave hémorragie. De plus, elle souffre d'une grave commotion cérébrale. Ce qui nous inquiète le plus, c'est que les choses risquent de se compliquer compte tenu de son état.

-     Son état ? répéta-t-il perplexe, sans comprendre vraiment de quel état il s'agissait. Est-ce qu'elle va s'en sortir ?
 
 
One Shot 2:  À la vie, à la mort !

 
 
 
 

-          Son état ? répéta-t-il perplexe, sans comprendre vraiment de quel état il s'agissait. Est-ce qu'elle va s'en sortir ?
-          Il est... trop tôt pour le dire. En tout cas, elle risque de perdre son bébé.
-          Son bébé ? demanda le mage de glace statufié.

Le vieil homme le dévisagea un instant, et soupira. Il avait déjà vu des personnes présentant les mêmes signes de confusions, après un choc émotionnel trop fort.

-          Oui. poursuivi-t-il, avec patience. Elle doit être à son deuxième mois de grossesse, n'est-ce-pas ?
 
Grey pétrifié, essaya de rester calme et de réfléchir calmement.
« Bon sang, on ne l'a fait qu'une seule fois, et je n'étais pas dans mon état normal ! Elle est enceinte?»
Les pièces du puzzle se mirent soudainement en place.
Tout s'expliquait: Les nausées lors du voyage; l'appétit féroce de la jeune femme; ses sautes d'humeur et ... la poitrine qui avait légèrement enflée.
Une bouffée de chaleur se répondit dans sa poitrine. Un petit être se battait pour rester envie dans le ventre de Jubia, un bébé dont il était le père.
Toujours perdu dans ses pensées, il remarqua le regard inquisiteur de l'homme. et se rappela qu'il devait dire quelque chose.

-          Ah oui, bien sûr... Son deuxième mois... répondit-il.
-          Il faut également que vous sachiez, qu'elle est toujours endormie... enfin, il reste plus qu'à attendre...

Grey savait très bien lire entre les lignes. Ce que voulait dire le guérisseur, c'est que si elle ne se réveillait pas, elle pouvait tomber dans le coma et ... Mourir.

-          Nous pensons qu'elle n'aura pas de séquelles à craindre, si elle survit. ajouta-t-il à mi-voix.
-          Et le bébé ? demanda-t-il dans un souffle

«Mon Dieu ne la laissait pas mourir, je ne le supporterai pas. ... Faites qu'ils vivent tous les deux!» demanda-t-il désespéré.

-          Comme je vous l'ai dit plus tôt, il y a des risques de fausses couches. Pour l'instant, la grossesse est ... Viable. Nous percevons encore un battement de c½ur régulier. Mais...

Grey attendit la suite, en vain. Seul le temps lui apportera une réponse.

-          Puis-je la voir ? demanda-t-il, la voix brisée.
-          Bien sûr ! répondit l'homme, en le dirigeant vers la salle des soins.

Tout ça ne devait être qu'un horrible cauchemar. N'est-ce pas? Comment pouvait-elle être entre la vie est la mort? Il la voyait encore, il n'y avait que quelques heures, préparant le déjeuner, resplendissante dans les premiers rayons de soleil.
À présent, elle était allongée dans un lit, les yeux clos; elle semblait... Morte.
Son visage était d'une pâleur effrayante, tel une poupée de cire grandeur nature
À cette vue, le mage de glace sentit son c½ur se serrer.
La voire ainsi lui était insupportable. À cet instant, il se sentait si impuissant et si vulnérable.
Que pouvait-il faire pour elle ?
Grey s'assit auprès de sa femme en lui caressant sa joue, puis lui prit doucement sa petite main.
Il se mit à lui raconter sa triste enfance, son arrivé à Fairy Tail et les aventures qu'il avait vécues.
Il fit également des vannes sur Natsu et raconta tous ses petits moments qui l'avaient marqué.
En se confiant ainsi à sa femme qu'espérait-il ? Pouvoir l'apaiser ou...
Soudainement, il ne pouvait plus retenir ce poids qui lui comprimé le c½ur.

-          Jubia... Je t'aime. murmura-t-il doucement. Je suis un idiot ! De peur d'être blessé par mes sentiments, je me suis montré froid envers toi. Je suis tellement désolé, si tu savais...
 
Il effleura d'un baiser les doigts froids de la jeune femme avec tendresse, alors qu'une première larme coulait le long de sa joue.

-          Je t'aime ! répéta-t-il d'une voix douce, mais claire. J'aime le bébé aussi, le guérisseur m'a dit qu'il s'accrochait toujours. Alors tien bon Jubia, je t'en prie. Reviens à toi... J'ai besoin de vous deux... On sera une belle famille, d'accord ?
 
Il eut l'impression que le corps de la mage d'eau était parcouru de frissons, mais en se penchant de plus près, il en conclut que son imagination lui avait joué un tour.
Il se remit donc à lui parler gentiment, en tenant sa petite main pâle entre ses paumes.
Grey regarda le ventre de la jeune femme qui formait une légère saillie sous le drap et le toucha du bout des doigts, sans cesser son monologue.

- Salut bébé ! murmura-t-il. Maman s'en sortira, n'aies pas peur. Tel que je la connais: têtues et déterminée, elle ne nous laissera pas tomber. Hein ?
 
Les yeux brûlants de larmes, il se pencha et embrassa le ventre de la jeune femme, puis sa pommette et continua à lui parler tendrement. Une assistante passa la tête par la porte entrebâillée pour vérifier la situation. La scène qui se déroula sous ses yeux l'ému tellement qu'elle ne put retenir ses larmes de couler, elle n'avait jamais vu un homme aussi amoureux de sa femme. Elle referma doucement la porte, ne voulant pas déranger le jeune homme.

Alors qu'il lui parlait, Jubia ouvrit les yeux et plongea son regard dans celui de son mari. Cela ne dura qu'une fraction de seconde, puis ses paupières se refermèrent au grand dépourvu de Grey qui horrifié, pensant qu'elle avait rendu l'âme, poussa un gémissement d'animal blessé.
Les yeux bleus saphir se rouvrirent et se posèrent de nouveau sur lui.

-          Grey-sama... murmura-t-elle faiblement. Pourquoi pleures-tu ?

Jubia venait de le tutoyer pour la première fois.

-          Jubia ! s'écria ce dernier en resserrant la pression de ses doigts. Tu vas bien ? Ne me refais plus jamais un coup pareil !!!

Jubia se mit à pleurer au grand dam du mage, les larmes coulant inlassablement sur ses joues rosies. Le visage inquiet, elle caressa doucement son ventre avec sa main libre.

-          Jubia s'en veut ! gémît-elle. Elle a de nouveau été un boulet pour Grey-sama...
 
-          Ne pleure pas ! Je suis désolé de t'avoir grondé, mais j'ai eu tellement peur, j'ai cru t'avoir perdu. lui dit-il, essuyant sa joue mouillée par les larmes.
 
Grey se pencha vers elle et l'embrassa doucement, puis amoureusement, au grand étonnement de la mage qui ne tarda pas à répondre au baiser. Celui-ci devient plus fougueux, provoquant des frissons de plaisir chez la jeune fille.

Ce fut bien évidemment ce moment-là que choisit l'assistante, pour débarquer dans la pièce.
Grey se sépara de sa femme le feu aux joues, puis passa la main dans ses cheveux en bataille.
Jubia quant à elle s'extasia sur son prince charmant, oubliant pendant un petit instant ses préoccupations.

-          Vous avez un gentil mari, il n'a pas cessé de vous raconter plein de choses gentilles depuis que vous êtes ici! raconta l'assistante d'un air enjouer à la blessée, qui rougit à ces mots lançant un regard timide à son mari.

Ce dernier était aussi rouge que sa belle et se mit à toussoter, espérant ainsi cacher sa gêne.

-          Comment vous sentez-vous madame Fullbuster ? Avez-vous des questions ? demanda la dame calmement.

Jubia ne se sentait pas très bien, elle avait mal à la tête et la nausée; cependant elle s'en enfichait. Tout ce qui comptait pour elle, c'était de savoir si son bébé allait bien!
La main crispée sur son ventre, le visage anxieux, elle plongea ses yeux pleins d'inquiétude dans ceux de l'assistante.

- Co...Comment va le bébé ? demanda-t-elle d'une voix tremblotante.

La dame s'assit sur le bord du lit et posa sa main qui se voulait rassurante sur le bras de la mage.

-          Vous n'êtes qu'à votre deuxième mois et les cas de fausses couches  sont fréquentes à ce stade là, mais vous avez eu de la chance, le bébé se porte comme un charme ! Vous allez cependant devoir vous ménager, les bébés sont têtus vous savez ? expliqua-t-elle tranquillement.

-          D'ici deux semaines, vous pourrez repartir l'esprit tranquille avec un futur bébé ! ajouta-t-elle le sourire aux lèvres.

-          Jubia comprend... elle fera tout pour que son bébé se porte bien !

La détermination pouvait se lire dans les yeux de la future maman qui se retourna inquiète vers Grey, tandis que l'assistante quitter la pièce pour faire son rapport.
Ils se dévisagèrent pendant de longues minutes silencieusement, par où devaient-ils commencer ?

-          Pourquoi ne m'as-tu rien dit au sujet du bébé, alors que tu étais au courant ? demanda d'une voix amère Grey, qui essayait de comprendre ce qui se passait dans la tête de la jeune femme.

La jeune femme tripota nerveusement sa couverture, baissant la tête pour ne pas croiser le regard du mage.

- Parce que... parce que... bredouilla-t-elle au bord des larmes. Jubia avait peur que Grey-sama ne veuille pas d'enfant et qu'il divorce...

Grey lança un regard froid à la jeune femme, un regard qui la fit tremblait. Il était furieux, mais voyant l'air tétanisée de sa femme, il souffla un bon coup pour se calmer. Il voulait éviter de se lancer dans une dispute avec la blessée.

-          M'as-tu pris pour un monstre ? demanda-t-il calmement.

Un flot de larmes inonda le visage de sa femme qui s'agrippa à la main de son mari en hoquetant et murmurant qu'elle était désolée.
Comme à chaque fois qu'une femme pleurait, surtout quand c'était Jubia, Grey paniqua: Que devait-il faire ? Il souleva doucement la jeune fille, tandis qu'il se glissait derrière elle, sous les couvertures, attirant le corps tremblotant contre son torse et le berçant légèrement.
Il lui murmura quelques mots d'excuse, en essuyant ses larmes et  déposa plusieurs petits baisers sur le sommet de son crâne, attendant qu'elle se calme.
Quelques minutes plus tard, la conversation pouvait reprendre.

-          Jubia, jamais je n'abandonnerai une femme enceinte à son propre sort, surtout si c'est la femme que j'aime ! dit-il en l'embrassant tendrement.

Le baiser se fit plus intense, plus fougueux: sa langue prit d'assaut celle de la jeune femme, l'entraînant dans une danse sensuelle. Les mains autour de sa taille, il l'attira contre lui, tandis qu'elle laissait échapper un petit gémissement étouffé.
Puis avant de perdre le contrôle, il se sépara de sa protégée le souffle court; tous deux avaient les joues rosies.
-          Jubia aime Grey-sama ! murmura-t-elle, avant de s'endormir sur le torse du mage de glace.
 
Le soir même, le maire vint leur donner la récompense et leur apprendre l'arrestation de l'éventreur.
 
La complicité du couple s'agrandit au court des deux semaines qui suivirent, malgré le fait que Jubia restait allongée, ils ne s'ennuyaient jamais. Grey qui l'avait souvent entendu appelé "papa" dans son sommeil, avait insisté pour  connaître son histoire.
 
Il était une fois dans un village de Fiore, une petite famille qui  vivait paisiblement.
Elle était composée de trois personnes, les parents et une petite fille qui illuminait leur journée, elle s'appelait Jubia. Cette enfant avait toujours le sourire et aimait discuter avec les marchands, voisins et passants dans les villages, qui la trouvaient tous adorable.
Un jour cependant sa maman perdit la vie, alors qu'elle accouchait de son deuxième enfant, laissant le père et la fille seule.
Même si la mort de sa mère lui avait provoqué une vive douleur, Jubia ne perdit cependant pas son sourire: pour son père qui était désormais sa seule famille.
Ils vécurent ensemble pendant une année, une année où la gamine ne remarqua pas que derrière les faux sourires de son père se cachait un immense désespoir.
L'homme n'avait plus la force de s'occuper d'un enfant et voulait à présent rejoindre sa femme.

Un soir, il alla dans la chambre de sa fille, un poignard dans la main décidé à en finir; la petite dormait et ne sentirait rien de toute manière.
Avant qu'il n'ait pu passer à l'acte, elle se réveilla en pleurant et se jeta dans les bras de son père lui raconter son cauchemar, ne remarquant nullement le couteau. Puis une fois calmée, elle leva son petit visage  illuminé d'un de ses plus beaux sourires en disant "Je t'aime papa". En voyant ce petit air innocent, l'homme lâcha son arme et serra sa fille dans ses bras en répétant "Pardonne-moi ! Pardonne-moi ! ".
Le lendemain, il prépara un sac de voyage alors que l'orage grondait dehors, disant à sa fille qu'ils allaient faire une petite promenade. La petite, heureuse de passer du temps avec son papa chéri, chantonna sur tout le chemin qui menait à orphelinat, ne se doutant nullement qu'elle y serait abandonnée.
Après plusieurs semaines, réalisant que son père ne reviendra pas la fillette s'isola dans sa chambre, alors qu'une éternelle pluie torrentielle tombait sur l'orphelinat. Une pluie qui représentait l'état de son c½ur, une pluie qui l'accompagnait partout où elle allait.
Quelques années plus tard, elle se rendit au village de son enfance ou en lui apprit que l'homme qui l'avait abandonné, s'était donné la mort sur la tombe de sa femme.
 
En racontant cette histoire Jubia n'avait pas versé une larme, ce qui impressionna Grey qui se dit qu'elle était vraiment forte. La peur de l'abondant, il ne la connaissait que trop bien.
 
Un mois plus tard à la guilde, assit en tailleur sur le bar le maître soupira en avalant une chope de bière. Même si il ne voulait pas le montrer, il était vraiment inquiet, le couple élémentaire aurait dû être rentré depuis plusieurs semaines déjà, or ils n'avaient eu aucune nouvelle depuis leur départ.
Il balaya la guilde du regard, tout se déroulait comme d'habitude Erza qui était arrivée au terme, avait de plus en plus de mal à marchait à cause de son gros ventre et mangeait une pomme. Depuis qu'elle était enceinte, à son grand désespoir, elle supportait plus les fraises.
Lucy à ses côtés discutait des grossesses, elle avait appris après le départ de mission du couple élémentaire, qu'elle attendait elle aussi un enfant.
Natsu lui faisait le pitre sur une table avec Happy, alors que Carla poussait un soupire désespéré.
Alors que Natsu commençait à chantonner d'un air ridicule un refrain sur un pervers des montagnes; un marteau de glace l'écrasa soudainement à la surprise générale.
Tous les regards se tournèrent vers l'entrée ou un couple se tenait par la main, au plus grand bonheur du maître et de Mirajeanne.
 
- On est rentré!!!

 



 

Hello les amis, je vous poste un one-shot que j'ai écrit il y a quelques années. Ce one-shot est la suite de celui "Lucy se marie ?". J'espère qu'il vous plaira quand même ^^


Tags : Fairy Tail ♥. - Fan-fiction - jubia x grey ♥ - Grubia ♥

Information importante ! 15/10/2016

Chers lecteurs,
 
J'écris cet article, afin de vous informer, que je fusionne mes trois blogs:

LovelyFairyTail, Trafalgar-Law-x-Aline et Castiel-x-Lydia.
 
 
J'ai décidé de fusionner ces trois blogs afin de permettre une meilleur gestion de mes histoires. D'ailleurs, je profiterai du déplacement des fictions pour les améliorer.
 
J'ai décidé d'héberger mes histoires sur ce blog, vous trouverez donc des liens sur ma page d'accueil qui vous guideront vers les différents sommaires (Fairy Tail, One Piece ou Amour sucré).
Si vous avez la moindre question, n'hésitez pas à m'écrire par message ou commentaire, je me ferai un plaisir d'y répondre.
 
Bonne journée
 
 

Tags : Fairy Tail ♥. - One Piece ♥ - Amour Sucré ♥.

La page d'acceuil 15/10/2016

 
Chers lecteurs,
 
Je te présente l'article "page d'accueil", qui te permettra de te repérer dans le labyrinthe qu'est mon blog.
Comme expliqué dans l'article Information importante, j'ai fusionné mes trois blogs ensemble, afin de permettre une meilleur autonomie.
Sur ce blog, ce trouve désormais 3 items: Fairy Tail, One Piece et Amour Sucré.

Voici donc les différents liens pour accéder au différents sommaires:



One piece: Sommaire One Piece: Protege mes larmes !

La page d'acceuil
Fairy Tail: Sommaire: Fairy-Tail
 
La page d'acceuil



Amour Sucré : Sommaire Amour Sucré : Castiel-x-Lydia
 
 
 
La page d'acceuil


Tags : One Piece ♥ - Fairy Tail ♥. - Amour Sucré ♥.

Sommaire One Piece: Protège mes larmes ! 23/09/2015


 
 
Sommaire One Piece: Protège mes larmes !

Attention: toutes les images de mon blog proviennent de Google image et ne sont par conséquent pas ma propriété. Le blog source: http://www.deviantart.com/tag/lawxoc
Seul la couleur des yeux a été modifiée.


Protège mes larmes !

Que se passe-t-il lorsque vous réunissez deux personnes que tout éloignent ?
 
Aline est une jeune fille de 20 ans qui a perdu sa mère dans son enfance, tuée par des pirates.
Suite à ce drame, son père sombre dans l'alcool et dilapide sa fortune dans les jeux.
Il n'était plus que l'ombre de lui-même.
Très vite les dettes les rattrapent et Aline se retrouve à devoir travailler pour rembourser les prêts de son père et ramener de l'argent à la maison pour survivre.
À l'extérieur, Aline ressemble à une jeune fille normale, cependant elle a un secret, secret qu'elle a juré de ne jamais dévoiler, à personne.
 
Aline déteste les pirates, malheureusement pour elle, elle se trouve piégée dans une sphère en compagnie de Trafalgar Law, un pirate que l'on surnomme "le chirurgien de la mort".
 
Désormais, ils seront liés pour le meilleur ou pour le pire.







Les personnages:



Les chapitres:



Cette histoire est répertoriée sur:
 




Les hors d'½uvres:








Mes autres blogs:

Quelques consignes à respecter sur mon blog:

Pour ceux qu'ils veulent poster leurs publicités, c'est ici: Le panier à pub
Les pubs sont acceptées ici et seulement ici, si elles sont écrites sur un autre article elles seront supprimées.

Je demande à mes prévenu(e)s de me laisser un commentaire constructif à chaque sortie de chapitre (kiffer, ce n'est pas donner son opinion!) .
Avoir votre avis, ressenti sur la fiction, me permet de voir mon histoire sous une autre couture et de m'améliorer. De plus, cela me permettra de savoir si vous me suivez toujours ou pas !

En cas d'absence de commentaire, je ne vous préviendrai pas du chapitre suivant et au bout de trois absences, je vous supprimerai de la liste !

Pour finir, je tenais à remercier tous ceux qui me suivent dans ans mes aventures, délires et qui m'encouragent, ça me fait énormément plaisir!

Sommaire One Piece: Protège mes larmes !

Tags : One Piece! - One Piece ♥ - Trafalgar Law ♥ - Trafalgar Law le Chirurgien de la Mort

One piece une histoire pleine d'aventures !!! 06/12/2015

 
 
One piece une histoire pleine d'aventures !!!

 
 
 
 
 
 
 
 
One piece une histoire pleine d'aventures !!!

 

Tags : One Piece ♥ - One Piece!